Hurricane Florence

Le cyclone Florence

Faites ce que je dis, pas ce que je fais

L’ouragan Florence a frappé la côte américaine. Un article récent lié au film « À la dérive » conseille d’éviter de naviguer dans les zones tropicales pendant la saison des ouragans. Et je ne pouvais pourtant pas laisser passer l’opportunité de faire une troisième transat cet été. En partie parce que l’arrivée est à Annapolis et que l’idée d’aller aux États-Unis à la voile me trotte dans la tête depuis quelques temps. Mais plus important encore, c’est un moyen formidable de tester Weather4D Routage & Navigation dans des conditions réelles et sur une longue période.

Du Canet aux Canaries

Nous avons quitté Le Canet en Roussillon (France) le 13 août avec « Free Spirit », un tout nouveau Bali 4.5 qui sera livré à Annapolis (USA) pour le salon nautique qui se déroulera du 4 au 8 octobre.

Il nous a fallu 11 jours pour atteindre Las Palmas (îles Canaries). Il n’y a pas eu beaucoup de vent sur la mer Méditerranée, sauf lorsque nous avons atteint Gibraltar où nous nous sommes arrêtés pour une nuit. Le paysage était néanmoins spectaculaire, surtout dans la région de Torrox en Espagne.

Bali 4.5

Le Bali 4.5

Torrox

Un calme en Méditerranée

Une fois aux Canaries, les moteurs avaient besoin de la révision des 50 heures, le plein de gasoil et nous avions besoin de faire des courses de frais avant de traverser. Jusqu’ici tout va bien.

Las Palmas Market

Le marché de Las Palmas

En route pour les Bermudes et Annapolis ?

Nous avons quitté Las Palmas le 25 août, contents de trouver des vents favorables. Pendant 5 jours consécutifs, nous avons atteint une moyenne de 7,5 nœuds et nous espérions traverser en 16-17 jours. Je n’avais jamais été aussi vite sur un bateau de croisière pendant une période si longue uniquement à la voile.

Et voilà le cyclone Florence

Nous avions parcouru environ le tiers du chemin vers les îles des Bermudes où nous avions l’intention de nous arrêter lorsque nous avons repéré une dépression tropicale près de la côte de la Nouvelle-Guinée avec Weather4D. Quelques jours plus tard, cette dépression est devenue une tempête tropicale appelée « Florence ». Elle allait se développer rapidement pour devenir un cyclone et se dirigeait vers l’Ouest, tout comme nous, même si nous étions au Nord du système. Nous avons utilisé la fonction de simulation de routage de Weather4D pour anticiper ce à quoi pourraient ressembler les jours à venir.

Pourquoi les cyclones sont une menace ?

Les trois principales raisons pour lesquelles les cyclones constituent une menace sont leur incroyable puissance. Les navires ne sont pas conçus pour résister à de telles forces de vents et de vagues. Ils se déplacent 2 à 3 fois plus vite qu’un bateau de croisière ordinaire et leur trajectoire est difficilement prévisible. Au mieux, on espère rester derrière eux et, de préférence, assez proche de l’Équateur, car les cyclones ne peuvent s’y développer.

Que faire ?

Les premières prévisions suggéraient que nous étions assez loin pour contourner le cyclone par le Nord d’autant plus qu’il devait remonter rapidement et laisser le champ libre à l’Ouest. Mais que se passerait-il si Florence décidait d’aller vers l’Ouest et de tourner vers le Nord 2 ou 3 jours plus tard que prévu ? Il n’y aurait aucun moyen de s’échapper et nous serions pris au piège. Cette option n’était évidemment pas possible. La chose la plus sûre était de ralentir, de rester à au moins 350 NM du centre et de laisser le cyclone passer devant nous. Pendant quelques jours, nous sommes restés au milieu de l’océan, à disséquer les prévisions météorologiques. Régulièrement, nous nous rappelions que dériver 15 NM par jour au lieu de naviguer près de 170 NM, étant donné les conditions de vent parfaites, était la seule chose à faire.

La loi de Murphy

Puis l’anémomètre a commencé à se comporter de manière bizarre. La mesure du vent apparent est devenue irrégulière au début et a affiché 0 nœud après un certain temps. Cela signifiait que nous ne pouvions plus utiliser le pilote en mode vent. Et puis deux nouvelles tempêtes tropicales naissantes ont émergé près de la côte de la Nouvelle-Guinée. Et puis nous avons perdu notre connexion par satellite le 1er septembre et nous ne pouvions donc plus télécharger les GRIBs sur Weather4D.

C’était le scénario typique où quelques petites choses commencent à ne plus fonctionner normalement, ce qui peut engendrer à une situation pour le moins préoccupante. Avec une prévision de 16 jours qui est en fait fiable pendant les 5 premiers jours, nous allions rapidement être « météorologiquement aveugles » avec trois systèmes cycloniques sur l’Atlantique. Oops!

Quelles options ?

La dernière prévision montrait que nous pouvions « en théorie » devancer l’ouragan Florence. Bien sûr, nous ne voulions absolument pas prendre ce risque. Mais que devrions-nous faire après avoir laissé Florence nous passer devant ? Poursuivre le passage sans accès aux informations météorologiques et avec de surcroit un pilote qui ne marchait plus en mode vent ? Ce n’était pas non plus une option réaliste. Retour à Las Palmas ? Le vent ne soufflait pas dans la bonne direction. Heureusement, les Açores étaient « seulement » à 550 NM et nous pouvions les atteindre en toute sécurité en 5 ou 6 jours. Nous sommes arrivés à Horta le 6 septembre et avons pris le temps de travailler sur tous les problèmes rencontrés jusqu’à présent.

Heading to the Azores

Heading to the Azores

Horta

Horta, Faial, Azores

Ce que l’on retient

Sur un bateau, même quand les choses vont bien, quand elles commencent à ne plus aller, ça part vite en spirale.

En examinant notre processus de prise de décision, deux choses nous ont empêché de nous mettre dans une situation dangereuse:

La sécurité des équipages et des bateaux est restée la priorité numéro 1 par rapport à celle d’arriver dans les temps à Annapolis.

Bien que nous puissions continuer avec un pilote automatique défectueux, l’absence de météo signifiait qu’il fallait se diriger vers la côte la plus proche.

La suite…

Nous sommes toujours à Horta et attendons les quatrième et cinquième systèmes cycloniques actuellement sur l’Atlantique, Hélène et Joyce. Nous arriverons à Annapolis après le 8 octobre, nous louperons le salon nautique mais ce n’est pas bien grave. Nous espérons reprendre notre route lundi ou mardi. Tout dépend de la météo bien sûr !